mardi 2 avril 2013

Nous créons un nouveau théâtre à la Paillade !


D’abord ses murs... 
Nous avons collecté des draps, appartenant aux habitants. Des draps dans lesquels ils ont dormi. Dans lesquels ils ont eu chaud, eu froid... Ce qui rend les murs de ce théâtre, précieux. Nous le croyons faits de la peau des gens ! Des draps assemblés en un grand patchwork (L’artiste qui l’a réalisé, d’origine allemande, s’appelle Pétra.) Voila nos murs !  
Quelle programmation ?

Nos propositions se veulent entrer en conversation avec le quartier. Quartier dans lequel les sentiments sont parfois exacerbés. Ceci n’est pas fait une seconde pour tempérer notre enthousiasme ! Nous portons des propositions artistiques, comment ne pas y trouver là notre complément de sens, dans ce partage de textes avec ce public que des conditions de vie, un contexte, laissent à fleur de peau ?
Cette intention, d’un rayonnement qui se veut utile, ne sera pas sans tracer des contours, qui finira par laisser « imaginer » un endroit avec des frontières, que l’on nous reprochera peut être. Que l’on contestera sans doute à notre tour. C’est une chose inhérente à tout théâtre. Nous nous consolerons en pensant que des gens qui ne seraient jamais allés au théâtre autrement, sont entrés en relation avec une œuvre.
Nous allons aimer, plus particulièrement, intéresser ces gens (du quartier ou d’ailleurs) qui pensent que le théâtre serait l’endroit où se disent et se vivent un certain regard sur la vie (celles d’auteurs, de metteurs en scène) qui ne les regarderaient pas ! Le théâtre peut être tellement d’autres choses...
Ce théâtre, itinérant, s'installera dans le quartier, ici ou là, peu importe ! Pourvu qu’il soit toujours sur un chemin qu’emprunte, un sac de courses à la main, un public, qui s’ignore. Autant qu’on l’ignore.
A eux, venus en curieux voir ce qu’il se passe entre nos murs, nous nous interdirons de leur dire « chuuuuuut » ! Nous croyons, et leur imaginerons, un théâtre aux interprétations, aux textes, qui survivent aux bruits de la vie ! Nous croyons à un théâtre, aussi beau joueur et courageux que peut l’être le théâtre de rue, qui saurait gagner ce silence, parfois important, par son inventivité, par la force, l'humanité et la pertinence de son propos.
L’équipe du théâtre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire